Maison des Champs
Accueil > ARDECHE - 2011 > LECTURES (2012)

LECTURES (2012)

mercredi 4 novembre 2009, par gerard

Je dois avouer à mes éventuels lecteurs que j’ai constitué une bibliothèque relativement importante - environ 4000 volumes- pas encore tous collationnés mais qui, au fur et à mesure du classement, me procurent de bons plaisirs.

Vous pouvez ci-dessous consulter en ligne la liste des bouquins ainsi que le cadre de classement.

cadre de classement
liste_bouquins

DERNIERES LECTURES

UTOPIE DU LOGICIEL LIBRE
recension dans Le Monde par David LAROUSSERIE

Comment ai-je pu passer à coté de LA COLLINE DE LA CROIX-ROUSSE aux Editions Lyonnaises d’Art et d’Histoire par JOSETTE BARRE  ; à son érudition universitaire s’ajoute un talent pédagogique indéniable, on hésite entre le désir d’aller jusqu’au bout de la lecture et celui d’arpenter cette encore belle CROIX-ROUSSE au hasard des rues t ellement chargées d’Histoire.

Le prix de l’Académie Française attribué à Sorj CHALANDON me .
paraît mérité, car j’ai lu, pour ma part, UNE PROMESSE, dans le cadre d’une offre lancée par le Comité de quartier de la Croix-Rousse.

L’histoire est originale mais je ne veux pas la dévoiler, Chalandon sait allier les mots qui résonnent alors autrement , contribuant ainsi à renforcer le mystère et accentuer l’émotion. Je l’ai lu en Poche, prix Médicis 2006.

Un roman quelque peu bizarre et qui n’est pas sans rappeler KAFKA ; il s’agit de "L’ENQUETE" de PHILIPPE CLAUDEL chez Stock ; l’écriture abuse peut-être un peu de l’accumulation de termes dans les descriptions, ce qui renforce le sentiment de l’irréel.

Je croyais avoir parlé, en son temps, de l’essai de Jean-Pierre DUPUY, au Seuil, et dont le titre -à l’heure qu’il est - pourrait paraître racoleur : PETITE METAPHYSIQUE DES TSUNAMIS :

En réalité, sa réflexion, à partir des catastrophes ayant marqué l’Humanité ( Lisbonne, 1755) (Auschwitz) (Hiroshima) (New-York,2001)
repose le problème de la responsabilité humaine et de l’ancrage du "mal" dans notre nature profonde.
C’est la controverse Voltaire-Rousseau, étayée par de nombreuses références contemporaines.

"Il serait bon....que l’Humanité accède à la conscience de soi au moment même où sa survie est en question"

Ce n’est pas un roman, je m’en vois pour le lire, je voudrais pouvoir tout retenir, mais la densité, la précision, l’implacablilité du texte, joints à une érudition inouïe, me sidèrent complètement.
Il s’agît de "LA FEMME QUI TREMBLE" de SIRI HUSTVEDT qui, pas à pas, analyse - je dirai même décortique- le phénomène psychosomatique dont elle est atteinte. ( ACTES SUD )

Simultanément j’écoute sur France Inter chaque samedi à 11 h l’émission " SUR LES EPAULES DE DARWIN " . J.- C. AMEISEN est dans la même ligne de réflexion que SIRI HUSTVEDT mais sur un registre plus large et plus accessible. A écouter et podcaster.

J’ai envie de dire " comme tout le monde " j’avais lu Jack KEROUAC mais peut-être trop jeune et trop rapidement. La nouvelle traduction à partir du rouleau original redonne à SUR LA ROUTE une dimension extraordinaire :le vieux bonhomme que je suis, pas mal blasé, reste scotché par ce poète inspiré de la route...." Et là, dans l’air bleu, j’ai vu pour la première fois, apparition nébuleuse et formidable, les sommets enneigés des lointaines Rocheuses.." (chez Gallimard)

Je ne savais pas que LA RELIGIEUSE avait été - au départ - un canular littéraire : DIDEROT,avec la complicité de quelques amis, envoie au marquis de Croismare, les mémoires d’une infortunée religieuse. Le marquis crut a l’histoire et décida d’embaucher la jeune femme au service de sa fille. ; la supercherie fût alors dévoilée et le marquis prit la chose du bon côté.
En réalité, Diderot profite de cette fiction pour expliquer comment on se débarrassait - pour des histoires d’argent - des filles en les mettant au couvent et les vicissitudes qu’elles subissent. ( numéroté,Editions de la Renaissance sur papier bouffant de luxe).

En cette période de fin d’année, j’ai réouvert BRILLAT-SAVARIN dans sa PHYSIOLOGIE DU GOÛT édition courante, genre "Classiques Garnier" 1 F le volume chez E.Dentu, libraire-éditeur, en 1886, édité aussi par Le Club Français du Livre en 1959 ;

J’y ai pris du plaisir : loin d’être une énumération de recettes, il y a vraiment une réflexion quant à la nourriture et son utilisation, cela écrit avec un langage choisi, un vocabulaire précis, le tout ne manquant pas d’humour.
Il appelle ses titres de chapître des méditations, on trouve ainsi : des sens, du goût, de l’obésité, de la maigreur, des restaurateurs...et le comique naît aussi de la comparaison avec notre époque, mais pas à son avantage.

Pas un livre, un film ! il y a environ 2 ans que j’avais été voir un film de S.F.
Cette fois, c’est LES HERBES FOLLES de ALAIN RESNAIS. Quelle imagination, quelle verve, on rit et on s’inquiète, avec un peu d’envie pour ces personnages en vie, si proches du quotidien et qui finalement assument le ur destin.

Maurice DRUON utilise avec habileté la fiction du devin-scribe qui relate la longue marche d’ALEXANDRE ; le style est sobre mais plaisant, je l’ai donc lu avec plaisir.( Guilde du Livre 1960 )

Quand j’aurai terminé ( 2 pages par jour ) LES NOURRITURES AFFECTIVES de BORIS CYRULNIK, j’en reparlerai ; en attendant je conseille vivement la lecture des chapitres "à quoi pense le fœtus" et "à qui appartient l’enfant" aux parents des dits fœtus et enfants. (chez Odile Jacob)

On connaît FRED VARGAS pour ses romans policiers mais j’ai apprécié CRITIQUE DE L’ANXIETE PURE (chez Viviane Amy en 2003) et PETIT TRAITE DE TOUTES VERITES SUR L’EXISTENCE ( Librio 2008 ) .Sous le couvert d’un persiflage qui en énervera plus d’un (ou plus d’une)
les vérités tombent comme autant de petits coups sur la tête ; on sourit, on rit, parfois on rit jaune, c’est assez décapant.

J’achète rarement des livres neufs : JEAN-MARIE PELT a écrit
LA RAISON DU PLUS FAIBLE chez Fayard. Il montre bien comment ont disparu les dinosaures et survécu les souris, c’est un savant érudit ; savoir si le schéma de l’évolution des espèces peut s’appliquer à l’évolution humaine sur le plan socio-économique. J’aime bien Jean-Marie Pelt à la radio sur France Inter.

ELISE et les CHRONIQUES MARITALES m’ont régalé. MARCEL JOUHANDEAU est un orfèvre en écriture,les mots s’ajustent, dessinant les personnages à la pointe sèche, on en redemande, avec en prime pas mal d’humour et sans doute d’autobiographie.(chez Gallimard 1962).

LES MAUVAIS COUPS de ROGER VAILLAND ( chez Rombaldi en 1971) m’ont laissé un goût de rassis ; comme si ce n’était que la synopsys du beau film qu’en a tiré René Leterrier. " la nostalgie....."

FICTION j’ai tout d’un coup eu envie de relire de la "fiction" : boulimie et déception ! même les auteurs classiques m’ont paru bien fades ; la traduction, très inégale, y est sans doute pour beaucoup, mais les auteurs ne sont pas toujours au top ! Je me souviens avec délice de DEMAIN LES CHIENS, CLIFFORD D.SIMAK ( Club Français du Livre 1952) ou de LA MAIN GAUCHE DE LA NUIT , URSULA LE GUIN (1968).

GRAND AMOUR est le cinquième roman d’ERIC ORSENNA,( au Seuil en 1993).
c’est un roman mais en même temps la description d’un monde qui échappe à la connaissance d’un très grand nombre de gens : pour résumer, il n’y a pas grand-chose de changé depuis Louis XIV, le Président est le Souverain !

YVES BERGERreste IMMOBILE DANS LE COURANT DU FLEUVE
( 1994 Grasset ) et systématise à outrance. Je n’aime pas la systémisation.

A propos de système, PAUL REBOUX (Grasset 1964 ) s’en était payé une belle tranche avec ses A LA MANIERE DE, bien sûr, il faut avoir lu avant ( en vrac ) Baudelaire, Zola, Gide, Kipling, Proust et tant d’autres. Un peu lourd parfois, mais on rit !

UNE FÊTE EN LARMES ( 2005 , Robert Laffont ) Rien et tout à dire à propos de d’Ormesson, sinon que, à la fois, je l’admire et je lui en veux, pour les mêmes raisons d’ailleurs, sa culture, son talent, sa malice, son charme.....Est-ce fiction ? Est-ce autobiographie déguisée ? Bref, il m’a rendu jaloux.........

Le Monde des Livres a consacré une page à Chantal THOMAS, ce qui m’a incité à relire les ADIEUX A LA REINE ( au Seuil en 2002 ). Fiction historique sous forme du journal d’une lectrice de Marie-Antoinette ; nous sommes en 1789, le peuple gronde, il a faim, j’ai pensé à Masse et Puissance de Canetti. " L’autrichienne" a eu la tête coupée le 16 octobre 1793.

A ce jour, je n’ai rien de très intéressant à ajouter, bien qu’ayant lu une vingtaine de bouquins ; donc, à suivre

Il n’est pas facile de parler de EZRA POUND et de son bouquin LA KULTURE EN ABREGE (1934) édité aux Editions de la différence en 1992.
Poète, écrivain engagé, contempteur et défenseur à la fois de l’Homme, il bondit d’une idée à l’autre, à nous de découvrir, si possible, le cheminement de sa pensée, éblouis que nous sommes par sa culture prodigieuse.


GEORGES ET LES SECRETS DE L’UNIVERS a fait un tabac bien mérité ; même si l’argument est un peu léger et déja utilisé à quelques variantes près, les explications scientifiques sont avancées avec beaucoup de clarté et de précisions..et de la part de Stephen Hawking, elles sont de première main !

Boris Cyrulnik décrit L’ENSORCELLEMENT DU MONDE avec méthode et donc pédagogie, deux cousines ; il y a bien longtemps que je suis effrayé par ce besoin de se rattacher à un ou des groupes de pensée et d’y bêler en commun. Foin de ces panurgismes liturgiques qui nous ficellent. Paru (déja) en 1997 chez Odile Jacob, il est encore plus d’actualité en ces temps de grand-messes médiatiques.

LES DEUX POLES Ilya Ehrenbourg couvre avec son 3° tome de Mémoires les années 1921_1932. Européen avant l’heure, Humaniste, Socialiste, il voit et rend compte ; il suffit de le lire :< J’ai vu les tranchées de la Somme, le lourd hébètement du répit, la misère de Belleville,, les Chemises Noires italiennes et maintes autres choses....>
A la NRF en 1964 . Le chapître qu’il consacre à Robert Desnos est particulièrement émouvant.

LA CONSTANCE DU JARDINIER de John Le Carré publié en 2000 , porté à l’écran en 2005. je l’avais raté en son temps. Toujours d’actualité, au Kenia ou ailleurs, à relier à l’article dans "autres journaux". L’auteur se targue d’avoir écrit un pur roman de fiction : il est en effet bien connu que la Suisse ou au moins ses hommes d’Affaires sont "au-dessus de tout soupçon"

JARDINIER

LES MOTS de l’ami Jean-Paul (SARTRE, au cas où....) on le dira exalté et verbeux (c’est bien la moindre des choses avec ce titre !), mais il en ressort une ambiance particulière qui retrace bien ce torrent de mots et d’idées qui submergea notre adolescence. En vieillissant, on devient , hélas, plus rassis sinon désabusé...

ON NE PEUT RIEN FAIRE, MADAME LE MINISTRE de Corinne Lepage, écrit en 1998, (Albin Michel) mais n’a rien perdu de son actualité : lourdeur de l’administration, refus du changement, pantouflage entre les hauts fonctionnaires issus des “Grands Corps”, blocage par les lobbies ...et c’était sous Juppé et Chirac !

LES SOLDATS DE SALAMINE de Javier Cercas, ( en 2002 chez Actes Sud) :< les guerres ne sont romanesques que pour ceux qui ne les ont pas vécues>

LES TRANSIBERIENNES de Jacques Lanzmann ( en 1978 chez Robert Laffont ) : c’est un roman.....

LA PETITE ECOLE DANS LA MONTAGNE de Michel Jeury ( chez France-Loisirs en 2005 ), une description romancée de la vie enseignante au début du 20° siècle, au temps de nos parents ou grands-parents, romancée mais attachante.

SCENES DE LA VIE FUTURE de Georges Duhamel ( chez Mercure de France en MCMLVI ). Duhamel l’a écrit en 1930 et on peut mesurer comment, avec 76 ans d’écart la culture d’un peuple (il s’agît des Etats-Uniens) se renforce, se raidit, se radicalise !

L’INQUISITEUR" de Henri Gougaud ( 1984 au Seuil ) nous entraîne au Moyen Age : quelle imagination ! quelle écriture ! < ..il se sentit tant attiré par ce visage qu’un vertige le prit et qu’il entendit son coeur dans ses tempes...>

TERRE PATRIE écrit par Edgar Morin et Anne Brigitte Kern en 1993, édité au Seuil :écrit donc il y a 13 ans, c’est désepérant de voir qu’il n’y a pas (ou si peu ) de progrès face au rouleau compresseur de la mondialisation :< La prise de conscience de la communauté de destin terrestre doit être l’évènement clé de la fin du millénaire. Nous sommes solidaires dans et de cette planète. C’est notre Terre-Patrie.> J’ajoute que le millénaire est passé....

Une belle collection : la Guilde du Livre à Lausanne :j’ai trouvé les MEMOIRES D’HADRIEN de Marguerite Yourcenar édité en 1959, quelle hauteur ! je veux dire quelle auteur ! enfin, quel auteur !

ENCORE DES LIVRES !

< Bien pris par des travaux manuels pour moi et pour d’autres....J’ai cependant pris le temps de lire un peu :

Hasard des achats, 2 auteurs parlent de leur enfance avec la figure du père en exergue : Pascal Jardin évoque LE NAIN JAUNE avec admiration et nostalgie

et LE PETIT GARCON de Philippe Labro fait revivre la merveilleuse vie en province d’une famille soudée contre le nazisme et ses séquelles. J’ai préféré ce dernier.

L’ILE DU JOUR D’AVANT de Umberto Eco n’est sûrement pas l’un de ses meilleurs romans mais l’idée est originale avec ces retours dans le temps, ces évocations des avancées scientifiques, ces transpositions mentales, bref S.F. à sa façon.

Pour mémoire, RENCONTRES FERROVIERES de Régine Déforges ; on parlait avant des romans de gare, c’est bien ça, sauf qu’en plus ça se veut érotique ! Au secours, le Marquis !

Frédéric Pottecher, lui, reste aussi bon dans ses écrits que dans ses chroniques. Je croyais l’entendre tonitruer en relatant DALLAS, L’AFFAIRE RUBY

Merci Pierre Desproges d’avoir essayé de nous secouer : VIVONS HEUREUX EN ATTENDANT LA MORT

Il y avait une recommandation : NE PAS SE TROMPER DE COLERE

UNE AUTRE "LIVRAISON" :

MASSE ET PUISSANCE d’ Elias Canetti à la NRF en 1960 : C’est un livre qu’on ne peut absorber que par petites doses, Canetti écrit simplement mais avec une telle concision que chaque ligne demande à être réfléchie.

Un chef d’œvre datant de trois siècles et demi : LETTRES DE LA PRINCESSE PALATINE qui était la belle sœur de LOUIS XIV. Une bonne traduction préserve le texte de toute emphase, son bon sens fait merveille vis à vis des emplumés de la Cour - j’allais dire de la basse-cour - où dominent les coucheries de toutes natures, les intrigues, les empoisonnements...et à notre époque je me demande si ça a vraiment changé, sauf une bonne co uche de mensonges et d’hypocrisie.

En S.F. les SINGES DU TEMPS m’ont balloté de façon bien incertaine sans m’emballer vraiment. C’est dans la bien connue collection "ailleurs et demain" chez Robert laffont , par Michel Jeury en 1974

J’avais bien aimé la REVOLUTION DES SAVANTS , l’EMPIRE DES NOMBRES et même le THEOREME DU PERROQUET, tous de Denis Guedj, ZERO m’a un peu moins intéressé quoique l’idée de départ (la genèse du Zéro puis le développement de son usage ) révèle une belle imagination.

Bien que lu il y a au moins trois ans, j’aimerais signaler le livre de Georges Charpak et Henri Broch : DEVENEZ SORCERS DEVENEZ SAVANTS chez Odile Jacob. On jubile de voir démolir les boniments des marchands d’illusions dans des domaines primordiaux : la santé, la vie sentimentale, la politique...Quel miracle d’être né le même jour que son voisin ! non, une chance sur trois cent soixante, tout simplement !

Il s’est passé quelque chose de bizarre : j’avais trouvé LE PROPHETE dans une jolie collection ( Castermann 1956 ), je l’ai refeuilleté avec intérêt et déposé sur une pile où il voisine avec Citadelle que j’avais relié il y a au moins 30 ans.

Entre Saint Exupéry et Khalil Gilbran, le courant passe, une espèce d’exaltation les réunit dans ce que certains qualifieraient d’emphase...mais parfois l’extravagant peut toucher le sublime.

RETOUR VERS LA PREMIERE PAGE

LECTURES

AUTRES JOURNAUX

AGENDA

LASUITE

TOUT VA BIEN EN 2007

TOUT VA BIEN EN 2008

ET EN 2009 ?

REPONSE

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0